Quel est le plus puissant des supers aliments…!?

13-01-2016

Quel est le plus puissant des supers aliments…!?
 

La diète équilibrée et variée! Mélangé avec un peu de connaissance et de bénéfice du doute…

L’alimentation est l'un des sujets les plus fréquemment présents dans les grands titres des médias. Malheureusement, une grande partie de ce qui est rapporté peut être inexacte ou inutile. Les nouvelles sont pleines de faits, d’études et d’affirmations contradictoires et souvent la même nourriture est déclarée saine un jour et nuisible le lendemain. Nous savons tous qu'une bonne alimentation est l’un des éléments essentiels faisant partie d'un mode de vie sain, il n’est donc pas surprenant que les médias regorgent d'histoires sur les superaliments miracles et les produits alimentaires tueurs!
 

Sur Internet le terme « superaliment » ou « superfood » mène à près de 10 millions de résultats principalement des blogs de santé et de nutrition, des journaux et magazines en ligne, et des fournisseurs de compléments alimentaires. Malheureusement, même des nutritionnistes sont tombés dans ce jeu de marketing pour attirer la clientèle. Mais ce qui semble vraiment capturer l'imagination des journalistes, blogueurs et consommateurs, c’est l'idée qu'un seul aliment, parfois appelé un super aliment, peut conférer des avantages remarquables de santé.
 

C’est quoi un super aliment?
 

Il n'y a pas de définition officielle d'un superaliment. Par exemple, le vin peut prétendument:
• "Ajoute cinq années à votre vie"
• «Aide à garder des dents saines"
• «Protège vos yeux"
• Rendre les femmes "moins susceptibles de prendre du poids"
 

Des revendications du même genre sont aussi véhiculées pour le café, le chocolat et dans le passé pour plusieurs produits qui aujourd’hui sont reconnu mondialement comme étant néfaste comme la cigarette et les boissons énergisantes (souvent, c’est jusqu’à ce que le gouvernement s’en mêle!)
 

Au départ, le terme était surtout utilisé pour des micros algues, comme la spiruline, développée à la fin des années 40 par les Russes et les Américains qui craignaient des risques de famine. Avec le temps, il s’est étendu. Selon l’Eufic (European Food Information Council), "d’une manière générale, les superaliments sont des aliments - et notamment des fruits et légumes - dont le contenu nutritionnel aurait des effets bénéfiques supérieurs à ceux des autres aliments." D’après la même source : "pour assurer une consommation équilibrée de nutriments nécessaires à une bonne santé, il est plus efficace de diversifier les aliments de notre régime alimentaire que de nous concentrer sur quelques aliments dits "super". Ce qui implique notamment la consommation d’une plus grande quantité et d’une plus grande variété de fruits et légumes."
Les superaliments seraient des alicaments naturels ou aliments fonctionnels, qui est un nouveau mot de l’industrie agroalimentaire pour désigne un aliment ayant un rôle santé. Béatrice de Raynal, présidente du cabinet Nutrimarketing, explique que la popularité des superaliments a démarré aux États-Unis il y a une dizaine d’années. « Au départ, on ne parlait pas de superaliments, mais de superfruits », précise-t-elle. Il faut dire que les fruits contiennent généralement des fibres et des antioxydants. 
 « Les superaliments, en induisant une promesse de bienfaits nutritifs, répondent à l’inquiétude des populations riches qui mangent trop ou mal », selon Béatrice de Reynal.
 

En dépit des limitation de l’Union européenne, le terme « super aliment » est une expression – non scientifique – forgée à la fin des années 1990 pour désigner des aliments prétendument dotés d’extraordinaires bénéfices de santé : antioxydants, vitamines, fibres, probiotiques, bons gras, minéraux… 
Récemment, des fabricants de jus de goji et d’açaï ont été condamnés aux États-Unis pour allégations mensongères.
 

La valeur des antioxydants
 


Anciennement le ministère de l’agriculture américain (l’USDA) tenait une base de  données sur les contenues en antioxydants ou capacité antioxydante des aliments, L’ORAC  Oxygen Radical Absorbance Capacity ou «capacité d'absorption des radicaux oxygénés», dont certaines épices, baies et légumes ont obtenu des scores élevés : une mesure à prendre avec des pincettes toutefois, puisque le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) l’a déclarée récemment peu fiable et pertinente. Il n’y a pas de preuve que ses composés actifs en laboratoire ont des effets pertinents sur la santé humaine. Les résultats pour la capacité antioxydante des aliments générés in vitro (en laboratoire) ne peuvent pas être extrapolés aux humains in vivo (en clinique). 

«Nous savons maintenant que les molécules antioxydantes dans les aliments ont une large gamme de fonctions, dont beaucoup ne sont pas liés à la capacité d'absorber les radicaux libres.» 

Plusieurs théories estiment que ses composés antioxydants ont un rôle dans la prévention ou l'amélioration de diverses maladies chroniques telles que le cancer, la maladie vasculaire coronarienne, la maladie d'Alzheimer et le diabète. Cependant, les voies métaboliques associées et mécanismes non antioxydants qui ne sont pas complètement compris et qui sont encore non définis peuvent être responsables.

«Les valeurs ORAC sont couramment détournées par des entreprises alimentaires et de compléments alimentaires pour promouvoir leurs produits ainsi que par les consommateurs pour orienter leurs choix.»

Pour ces raisons, la table de ORAC, auparavant disponibles sur leur site web a été retirée.

Si la morphine est tirée du pavot, est-ce que ces graines de pavot sur votre bagel vont vous anesthésier à la première bouchée? 
 

Il en est de même pour la majorité des études et des mythes sur l’açai, le goji, la pomme grenade, le noni, la racine de Maca, la Griffe du chat, la spiruline, le shîtaké, etc. Ces études ont été réalisées avec des extractions de composés purs et utilisés en grande concentration sur des cellules in vitro, à «l’échelle cellulaire en éprouvette» et non pas sur des êtres vivants, in vivo, ni avec des concentrations réalistes à «l’échelle humaine vivante». 

Il y a malheureusement et heureusement une vaste industrie consacrée à trouver de nouvelles façons pour nous persuader de manger tel ou tel aliment et une armée de scientifiques décidés à explorer les liens entre ce que nous mangeons et comment nous nous sentons en bonne santé. Si ces études affichent des résultats peu probables pour une utilisation humaine, les allégations marketing, elles, ne lésinent pas sur les prétendus effets miraculeux de leurs produits. En 2009, le prix de l’açaï avait augmenté de 60 fois en moins de 10 ans. Autrefois un aliment local de base au Brésil, l’açaï est devenu un luxe pour tous. 
 

Ça ne vous rappelle pas le sirop d’érable, la divulgation de ses vertus pour la santé, le marché asiatique et… la hausse du prix de la canne? 
 

L’açaï présente certes des propriétés antioxydantes exceptionnelles en laboratoire, mais est-ce le cas des produits commercialisés chez nous ? Malheureusement non : le transport et la transformation des baies leur font perdre quantité de vertus. Ainsi, le jus d’açaï ne serait pas plus riche en antioxydants que… le vin rouge ou le jus d’orange !
 

À l’heure actuelle, un seul fruit comestible a montré scientifiquement un avantage santé spécifique par rapport aux autres fruits d’intérêt nutritionnel
Et c’est notre canneberge pour la prévention et le soulagement des infections urinaires. Ainsi, le jus de canneberge, riche en proanthocyanidines, inhibe l’adhérence bactérienne et prévient les infections urinaires chez les femmes. Par contre, faites attention aux quantités utilisées par les fabricants, qui sont parfois infimes, ou dont les composés actifs ne sont pas conservés lors du processus de transformation, de conservation ou de transport. Dans bien des aliments, les éléments actifs sont dans la pelure, la pulpe et les graines ou pépins… qui sont éliminés au cours des processus de transformation!

En dehors de la canneberge, aucune autre allégation propre à un fruit en particulier n’est reconnue par les autorités scientifiques 
 

La plupart des aliments frais et colorés ont un grand intérêt nutritionnel


Ils sont riches en antioxydants (polyphénols et caroténoïdes), vitamines (C, groupe P), fibres et minéraux. Parmi ceux-ci, on trouve des fruits aussi courants que les tomates, les abricots, le raisin, la fraise, la pomme rouge avec la peau (bio), l’orange, le kiwi, les pruneaux… Notons que la plupart de ces fruits sont ou peuvent être locaux (et que c’est le choix à privilégier). Pensons au bleuet, framboise, mûre, fraise, canneberge, sureau, groseille…
 


Quelle terre est la plus riche en superaliments?
 

Selon le Worldwatch Institute, le transport de nourriture est la source d’émissions de gaz à effet de serre qui connaît l’augmentation la plus rapide ces dernières années. Chaque année, près de 817 millions de tonnes d’aliments traversent les océans pour atterrir dans nos assiettes. Mais les aliments exotiques sont souvent plus attirants et mystérieux qu’uniques et la preuve est dans nos forêts, potagers et jardins. Elle est dans les anthocyanes de nos prunes, la quercétine de nos pommes et les isothiocyanates de nos choux.  Et si l’on nous affirmait que nos super aliments locaux sont moins concentrés en composés anti-cancer que les supers baies des Andes ou de l’Himalaya, gageons qu’on avalera certainement davantage d’aubergines qu’une petite bouteille de jus de noni à 300$ le litre…
 


Finalement, les superaliments existent-ils?
 


Si on dit que tout aliment frais en est un. Oui! Un régime varié d’aliments frais mélangé à de bonnes habitudes de vie telles que le sport et la modération sont les clés de la santé.
Mais de la manière qu’il est véhiculé aujourd’hui? Non! Si on entend par là qu’un simple aliment ou que quelques aliments peuvent nous garder en santé, arrêter la maladie ou sauver notre vie. Ce terme devrait même être banni, car il est aujourd’hui un élément de marketing intégré aux belles paroles d’entraîneurs et de nutritionnistes! 
 

Donc un régime équilibré et varié, ça vous dit?
 

Ne faites pas de listes restreintes de fruits et légumes à consommer. Consommer de tout est plus efficace que de ce concentré sur quelques aliments riches, mais imparfaits! Souvent en ajoutant ses aliments à votre alimentation, il y a moins de place pour d’autre, ce qui limite votre consommation d'alcool, de graisses, de sucre, de sel et d’aliments transformés. Vous pouvez en faire de même avec les aliments banals dont les études à leur sujet ne sont pas encore finies ou que les grandes industries non pas encore pensées à étudier ou que les médias ne sont pas tombés dessus.



S'il y a bien un rayon de l'épicerie où vous pouvez vous gavez, c'est celui des végétaux frais!


Si vous voulez plus d'information différente de la mienne je suis tombé sur le blog du Nutritonniste Urbain, Bernard Lavallée : Superaliment : un buzzword qui doit disparaître

 


  1. Commission européenne (2010). Functional foods. DG Research. Bruxelles: Belgique.
  2. Yi W et al. (2005). Phenolic compounds from blueberries can inhibit colon cancer cell proliferation and induce apoptosis. Agric Food Chem 53(18):7320–9.
  3. Malin DH et al. (2011). Short-term blueberry-enriched diet prevents and reverses object recognition memory loss in aging rats. Nutrition 27(3):338–42.
  4. Dröge W. (2002). Free radicals in the physiological control of cell function. Physiol Rev 82(1):47–95.
  5. Lichtenthäler R et al. (2005). Total oxidant scavenging capacities of Euterpe oleracea Mart. (Açaí) fruits. Int J Food Sci Nutr 56(1):53–64.
  6. Hassimotto NMA et al. (2005). Antioxidant activity of dietary fruits, vegetables, and commercial frozen fruit pulps. J Agric Food Chem 53:2928–35.
  7. Lynn A et al. (2012). Effects of pomegranate juice supplementation on pulse wave velocity and blood pressure in healthy young and middle-aged men and women. Plant Foods Hum Nutr 67(3):309–14.
  8. Aviram M et al. (2000). Pomegranate juice consumption reduces oxidative stress, atherogenic modifications to LDL, and platelet aggregation: studies in humans and in atherosclerotic apolipoprotein E–deficient mice. Am J Clin Nutr 71(5):1062–76.
  9. Webb AJ et al. (2008). Acute blood pressure lowering, vasoprotective, and antiplatelet properties of dietary nitrate via bioconversion to nitrite. Hypertension 51:784–90.
  10. Kris-Etherton PM & Keen CL. (2002). Evidence that the antioxidant flavonoids in tea and cocoa are beneficial for cardiovascular health. Curr Opin Lipidol 13:41–9.
  11. Hooper L et al. (2008). Flavonoids, flavonoid-rich foods, and cardiovascular risk: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr 88(1):38–50.
  12. Kris-Etherton PM et al. (2003). Fish consumption, fish oil, omega-3 fatty acids, and cardiovascular disease. Arterioscler Thromb Vasc Biol 23:e20–e30.
  13. Delgado-Lista J et al. (2012). Long chain omega-3 fatty acids and cardiovascular disease: a systematic review. Br J Nutr 107 (Suppl 2):S201–13.
  14. Goldberg RJ & Katz J. (2007). A meta-analysis of the analgesic effects of omega-3 polyunsaturated fatty acid supplementation for inflammatory joint pain. Pain 129(1–2):210–23.
  15. Brown MJ et al. (2004). Carotenoid bioavailability is higher from salads ingested with full-fat than with fat-reduced salad dressings as measured with electrochemical detection. Am J Clin Nutr 80:396–403.
  16. EU Register on nutrition and health claims:http://ec.europa.eu/nuhclaims/
  17. Crozier A et al. (1997). Quantitative analysis of the flavonoid content of commercial tomatoes, onions, lettuce, and celery. J Agric Food Chem 45(3):590–5.
  18. EFSA panel on dietetic products, nutrition and allergies (2010). Scientific opinion on dietary reference values for carbohydrates and dietary fibre. EFSA Journal 8(3):1462. Disponible en:http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/1462.htm
  19. Revue EUFIC (2012). Consommation de fruits et de légumes en Europe – Les Européens en mangent-ils assez ?http://www.eufic.org/article/fr/expid/Consommation-fruits-legumes-Europe/
  20. Revue EUFIC (2009). Recommandations nutritionnelles en fonction du régime alimentaire en Europe.http://www.eufic.org/article/fr/expid/recommandations-nutritionnelles-regime-alimentaire-europe/ 

Commentaires

Kelothecy (kelDilt@delays.space) - 14-10-2019 23:10

689 Buy Liquid Antibiotics Online online pharmacy Canadianpharmacies Cialis E Gravidanza Renal Dosing Keflex

Ajoutez votre commentaire

Commenter