C'est quoi un objectif de perte de poids réaliste?

03-05-2016

C'est quoi un objectif de perte de poids réaliste?

Le choix de maigrir doit être remise en question pour laisser plus de place au choix d’être en santé physiquement et intérieurement. Oui, vous êtes responsable de vos choix et actions entreprises pour améliorer votre santé, mais n’êtes pas l’unique responsable des causes du problème ni de l’atteinte des résultats!

C’est 80 % des femmes au Canada qui veulent perdre du poids, dont 56 % des femmes de poids normal et  30 % des femmes ayant un poids insuffisant. Pour 60 % des femmes et adolescentes qui en ressentent le besoin, c’est dû aux pressions de la société et de leur entourage.

Alors qu’une perte de poids saine, bénéfique et réaliste correspond à une simple perte de 5 % de son poids à un rythme maximal de 2 lbs par semaine, la majorité des gens visent une perte de poids irréaliste et dangereuse de 30 à 40 %, à plus de 2 lb par semaine, causé par le marketing des PSMA et les pressions de la société.

Le succès en matière de perte de poids correspondant à une diminution d’au moins 5 % du poids initial et maintenu au minimum pendant un an après la perte. Alors qu’en général, les gens perdent de 5 à 25 % de leur poids initial, maintenu sur 1 à 6mois… Ainsi, les gens ont tendance à recommencer… ça avait marché… mais à chaque fois qu’une personne perd du poids et le reprendre, il devient de plus en plus difficile de le reperdre, car le corps s’adapte. Un objectif trop ambitieux devient dans la majorité des cas une barrière à la réussite.


Réellement… qui réussit à maintenir le poids perdu?

Dans le « National Weight Loss Registry » le succès est défini comme une perte de poids minimal de 13,6 kg (30 livres ou 10 % du poids initial) après 5 ans. Dans l’ensemble, ce sont des gens qui consomment un régime faible en gras (environ 25 % de l’apport énergétique total provient des lipides), élevé en protéine (25 %), modéré en glucide (50 %) et qui sont actifs physiquement (leur dépense énergétique quotidienne associée à l’activité physique est d’environ 400 kcal). 77 % disent avoir eu un élément déclencheur précédent la perte de poids et 42 % perçoivent le maintien du poids corporel plus facile que la perte de poids en soi. 99 % ont modifié leur alimentation et 94 % ont augmenté leur activité physique (principalement de la marche). D’autres facteurs ont un fort impact sur le maintien de la perte, comme un faible niveau de dépression, d’événement médical déclencheur et d’inhibition intérieur (ignorance des signaux corporels de faim, ne pas adopter de comportement compensatoire sain, manger ses émotions, par ennui ou son stress et se culpabiliser).

L’erreur la plus commune est de retourner à ses anciennes habitudes suite à une perte : moins de sports, moins de bons aliments, moins équilibrés, etc. Une perte de poids entraîne une diminution des besoins d’apports caloriques, donc non vous ne pourrez ne pas remanger comme avant. Donc si les changements que vous faites sont de courte durée comme un programme de sport de 3mois, un abonnement à Weight Watchers de 6mois, ou une stratégie d’alimentation à court terme (régime ou diète non adaptée à vos besoins) vous aurez des résultats éphémères et ne pourrez maintenir votre perte. Adoptez un style de vie sain à long terme vous permettra d’éviter les frustrations, les dépenses d’argents et de temps inutiles ainsi que les problèmes de santé causés par les échecs du maintien de la perte de poids.

Se culpabiliser ou se déresponsabiliser de sa situation, associé le sport à la perte de poids ou agir à contrecœur, cacher sa prise de décision à son entourage ou le faire seul et sans support, la privation, l’adoption de comportement malsain… Ce sont tous des comportements néfastes à sa santé physique et mentale. Malheureusement, ils accompagnent trop souvent les personnes remplies de bonnes volontés et les aides à se diriger tranquillement vers l’échec. Il faut se libérer de ses angoisses et de ses frustrations, la démarche la plus difficile est intérieure et elle est essentielle.
 

Donc pour réussir à atteindre et maintenir vos objectifs de pertes de poids vous devriez adopter à long terme (pour la vie) :

D’autres facteurs, tels que l’approche utilisée, le support accessible, le moment choisi pour débuter l’intervention et sa motivation devraient être considérés. Lorsque les facteurs adéquats sont réunis, les chances de succès de perte de poids et de maintien du poids perdu sont augmentées.


Références :


Bacon L, Stern JS, Van Loan MD and Keim NL. Size Acceptance and Intuitive Eating Improve Health for Obese, Female Chronic Dieters. JADA 2005;105:929-36. 

Foster  GD,  Wadden  TA,  Vogt  RA  and  Brewer  G.  What  is  a  reasonable  weight  loss?  Patients’ expectations and evaluations of obesity treatment outcomes. J Consult Clin Psychol 1997; 65:79-85. 

Franz MJ, VanWormer JJ, Crain AL, Boucher JL, Histon T, Caplan W, Bowman JD and Pronk NP. Weight-Loss Outcomes : A Systematic Review and Meta-Analysis of Weight-Loss Clinical Trials with a Minimum 1-Year Follow-Up. JADA 2007 ;107:1755-67.  

Ipsos News Center: Research, Opinions and Insights. Managing a Healthy Weight: Canadian Women Speak Out Largest Study of Women’s Attitudes on Managing their Weight Ever Released in Canada. February 11, 2008. 4 pages. 
 
Kausman R and Bruere T. If not dieting, now what? Aust Fam Physician 2006 ;35:572-5. 

Lignes directrices canadiennes de 2006 sur la prise en charge et la prévention de l’obésité chez les adultes et les enfants [sommaire]

www.nwcr.ws/

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article.

Ajoutez votre commentaire

Commenter